Coup de cœur littéraire #4 L’Odyssée d’Hakim

Laurence, ma bibliothécaire, est formidable ! Elle sait que je suis amateur de BD et quand je lui ai dit que j’avais beaucoup aimé L’Arabe du futur de Riad Sattouf et Persepolis de Marjane Satrapi, elle m’a conseillé L’Odyssée d’Hakim de Fabien Toulmé. Un récit de vie bouleversant.

© Delcourt éditions

Récit de vie

En trois tomes, l’auteur retrace le parcours d’un Syrien qui a dû quitter son pays dévasté par la guerre menée par Bachar el-Assad contre son peuple. Dans cette BD, Fabien Toulmé raconte l’histoire bouleversante d’un homme qui a traversé plusieurs pays avant de trouver refuge en France. Il aurait préféré rester chez lui et poursuivre une vie normale auprès de sa famille mais le destin en a voulu autrement. À travers son histoire, on découvre le parcours de ces migrants qui n’ont d’autres choix que de fuir des situations trop dangereuses. Au péril de sa vie, Hakim évoque dans ces pages un itinéraire hasardeux au cours duquel il va redoubler de capacités d’adaptation. Parfois il craque – et on cèderait peut-être avant lui – mais souvent il fait preuve d’optimisme et d’une patience incroyable, malgré l’indignité de certaines situations qu’il subit. Souvent, au cours de la lecture, je me suis demandé : quelles options je choisirais si j’étais à la place d’Hakim ?

Être fidèle au propos du narrateur

Une des différences entre les livres de Riad Sattouf, de Marjane Satrapi et celui de Fabien Toulmé est que les premiers ont vécu l’histoire qu’ils dessinent alors que dans L’Odyssée d’Hakim, l’auteur raconte le périple d’un témoin. Fabien Toulmé a rencontré plusieurs fois l’homme qui a inspiré le personnage principal de sa bande dessinée. Un jour, Hakim lui a dit : « Si j’avais fait de la BD comme toi, j’aurais pu raconter deux cent histoires différentes mais en même temps tellement semblables de détresse, de malheur, de misère. » Des heures d’enregistrement ont permis à l’auteur d’être fidèle au propos du narrateur. Il a travaillé comme le font les Compagnons Biographes. Nous transcrivons le propos de celles et ceux qui nous confient leurs témoignages.

Écrire à deux

Il n’est pas nécessaire d’avoir vécu des aventures exceptionnelles pour faire écrire ses mémoires. En revanche, un œil extérieur peut aider à organiser le récit. Il est souvent plus facile de confier ses souvenirs à un biographe que d’écrire soi-même sa biographie. Un professionnel écoute votre histoire et vous accompagne dans les choix à faire parmi les événements que vous avez vécus pour mettre en valeur les expériences qui vont enrichir les lecteurs. Il est en général facile d’évoquer les bons moments, les souvenirs heureux, mais pas toujours évident pour certains narrateurs de trouver les mots justes pour exprimer des émotions silencieuses. Quant aux faits douloureux, il est parfois difficile pour l’auteur de choisir la bonne mesure entre trop en dire ou pas assez. Un biographe doit pouvoir également vous guider pour ne pas nuire à la vie privée de certains protagonistes de votre histoire. De même, votre biographe vous alertera si vos propos sont diffamatoires. La rédaction du livre de votre vie doit se faire en toute confiance. Un biographe se doit de respecter un certain nombre de règles éthiques, garantir la confidentialité des histoires qui lui sont confiées, voire de vous conseiller d’écrire sous pseudonyme si cela est nécessaire. Cela peut s’avérer une précaution bienvenue pour préserver l’intimité du narrateur. Cela n’empêche pas de transmettre son message avec beaucoup d’émotion.

Et si, vous aussi, vous partagiez vos souvenirs dans un livre ?

Pour en savoir plus sur les biographies, rendez-vous sur www.energie-plume.fr et n’hésitez pas à contacter un.e des 50 professionnel.le.s de notre réseau dont vous trouverez les coordonnées sur https://www.compagnonsbiographes.net/ecrivains/-Trouver-votre-biographe-.html

Laisser un commentaire