« Les coulisses d’un livre » -2-

Il y a un an, je rencontrais Gil Breysse, directeur de l’ADT07 – l’Agence pour le développement touristique de l’Ardèche. L’objectif était de rédiger le livre anniversaire des 60 ans de l’ADT (voir le précédent article « Les coulisses d’un livre » -1-)

Gil Breysse fait aujourd’hui le point sur cette aventure et les motivations de l’ADT.

Gil Breysse dans les locaux de l'ADT

Gil Breysse dans les locaux de l’ADT à Privas (devant une œuvre de Philippe Louisgrand*)

Raconter l’histoire de l’ADT dans un livre

Lorsque Nathalie Sisteron, responsable du pôle communication de l’ADT07, a proposé à Gil Breysse d’écrire un livre sur l’histoire de l’ADT, il a été immédiatement séduit. « Je suis attaché à la valeur fondamentale du livre. C’est un objet de transmission, de connaissance et dont l’utilité n’est pas à démontrer. D’un point de vue gestionnaire, je dois pouvoir justifier d’une dépense et il m’a semblé que ce choix ne pourrait pas être remis en cause. Nous souhaitions offrir un cadeau à nos partenaires pour célébrer les 60 ans de l’ADT et je nous voyais mal distribuer des mugs personnalisés ! Par ailleurs, je souhaitais que cet objet aille au-delà de l’agence. Notre but est d’être au service des usagers. Nous n’existons que parce qu’on a besoin de nous et nos actes ne sont possibles aujourd’hui que parce que d’autres ont travaillé avant nous. De plus, notre action s’inscrit au sein d’un collectif d’acteurs impliqués sur tout le territoire. Le tourisme n’appartient à personne, c’est un assemblage d’actions et de bonnes volontés. Enfin, pour l’anecdote, comme disait Charles Aznavour « Le hasard est curieux, il provoque les choses ». Or, il s’avère que les dates 1959-2019 inscrites sur le livre me concernent aussi personnellement ! Je me suis donc naturellement investi dans ce projet. »

Réaliser un objet utile à tous

L’une des attentes initiales de l’ADT était donc que ce livre soit utile. Les destinataires seraient les partenaires de l’agence mais l’ouvrage pourrait aussi servir à d’autres publics. « En me mettant à la place des lecteurs, se souvient Gil Breysse, j’espérais qu’après avoir lu le livre ils pourraient répondre à la question « à quoi sert l’ADT ». Les avis des premiers lecteurs du livre, diffusé depuis septembre, confirment que l’ouvrage va au-delà de l’intérêt des membres. Cet intérêt est peut-être lié au choix des sujets évoqués. Nous ne devions pas omettre de faits importants. L’ouvrage devait forcément parler des campings, des colonies de vacances, des gîtes, de l’évolution du tourisme et de sa structure actuelle, etc. ainsi, une première liste d’une dizaine d’activités a été établie. Puis, la répartition géographique a orienté encore et l’évocation d’acteurs essentiels au cours de l’histoire du tourisme en Ardèche a complété les choix incontournables (la Fédération des Œuvres Laïques ou le Syndicat de l’Hôtellerie de Plein Air pour ne citer que deux exemples). À partir de cette liste, nous avons identifié des personnes qui auraient la légitimité d’évoquer les sujets choisis. Le cadre était posé, l’objectif n’était pas de parler des rouages internes ni de tous ceux qui ont œuvré à l’intérieur de l’agence mais plutôt de se concentrer sur des grands thèmes et confier à des témoins le soin d’en parler. L’ADT existe par et pour les autres. C’est un point essentiel qui évite à la structure de fonctionner en vase clos et de privilégier le travail d’équipe avec l’ensemble de nos partenaires. »

Des aventures interdépendantes

Les activités touristiques sont souvent imbriquées et l’un des objectifs du livre est d’aborder ces interdépendances. « Le premier exemple qui me vient à l’esprit concerne l’eau et le camping. Pascal Bonnetain (président de l’Etablissement Public Territorial du Bassin Versant de l’Ardèche) rappelle dans l’ouvrage que ces prédécesseurs ont compris que pour développer l’activité touristique de loisirs autour de l’eau en Ardèche, il fallait réaliser des réservoirs dans la montagne pour que le débit de la rivière soit suffisant toute l’année. Sans eau, le canoë, la baignade et le camping ne pourraient pas fonctionner. Lorsque j’avais treize ans, on devait parfois porter les canoës pour terminer la descente de l’Ardèche. Quelques années plus tard, les niveaux permettaient de pratiquer l’activité toute l’année, grâce à ceux qui s’étaient soucié de cette question. Depuis, les campings se sont développés parce qu’il y avait suffisamment d’eau et la consommation d’eau due aux activités touristiques a été telle que la question se pose à nouveau. C’est un éternel recommencement et les acteurs du tourisme doivent garder à l’esprit que les usages des uns ont un impact sur les activités des autres. »

Jouer collectif

Rédiger une biographie dont l’essentiel repose sur des témoignages implique la participation de tous vers un but commun. Gil Breysse espérait que chaque témoin saurait évoquer le sujet qui lui était confié dans un esprit collectif. « Ils ont tous accepté volontiers de jouer le jeu. Afin d’engager au mieux la partie, j’ai choisi de rencontrer en premier quelqu’un qui parlerait de son secteur à travers son expérience mais sans se mettre en avant. René Féougier a ainsi évoqué le développement des Gîtes de France en toute humilité et le ton était donné. Le travail d’écriture et de relecture a aussi permis de s’assurer que cette intention serait respectée pour chaque sujet. Les textes étant partagés avec un groupe de travail constitué de membres de l’équipe, nous étions assurés que les thèmes seraient abordés avec justesse. Par ailleurs, le traitement des sujets par des témoins concernés a permis d’illustrer le propos par de nombreuses anecdotes. Par exemple, j’ai ainsi découvert comment fonctionnait un hôtel dans les années soixante en lisant l’évocation des souvenirs de Guy Rojon, ancien chef du Panoramic à l’Escrinet. De même, le livre illustre bien comment les acteurs du tourisme ont travaillé dur pour que le secteur se développe. La pugnacité est un trait de caractère du territoire. Les acteurs du tourisme ardéchois ont également fait preuve d’imagination pour dépasser l’exploitation opportuniste des atouts naturels et innover dans les secteurs qui le nécessitaient. Ces travaux ont été réalisés dans un esprit altruiste pour que toute la destination en bénéficie et cet ouvrage illustre bien cette intention d’aller à l’encontre de tout égoïsme. Il y a quelques réussites individuelles mais surtout des victoires collectives. C’est une des spécificités de l’Ardèche et c’est un excellent carburant. »

Un tirage limité… dans un premier temps !

Au départ, le projet consistait à offrir un cadeau aux partenaires et membres de l’ADT. « Pour la 60e assemblée générale, l’idée était d’inaugurer les nouveaux locaux et de fêter l’anniversaire de l’agence en plus grand comité que lors des AG habituelles. Nous avons donc convenu d’imprimer 300 exemplaires qui seraient distribués aux invités. Aujourd’hui, face à l’intérêt que suscite l’ouvrage, certains demandent où se le procurer et nous envisageons de réimprimer le livre pour ceux qui souhaiteraient l’acheter. Si les demandes se multiplient nous pourrons organiser une souscription. Ainsi, nous produirons juste le nombre d’exemplaires suffisants. L’objectif reste de contribuer à diffuser des connaissances utiles et comme le résultat de ce projet correspond à ce que nous attendions, nous serons heureux de partager ce livre plus largement. »

En attendant, chacun peut feuilleter l’ouvrage en ligne ci-dessous. Et si vous souhaitez réaliser la biographie de votre entreprise, je vous invite à consulter le site www.energie-plume.fr ou à me contacter par mail : ou par téléphone : 06 64 97 94 84

*œuvre mise à disposition par le GAC, le Groupe d’Art Contemporain d’Annonay : Libres ? de Philippe Louisgrand (estampe numérique 2019)



Laisser un commentaire