« Les coulisses d’un livre » -5-

Lorsque l’ADT07 – l’Agence pour le développement touristique de l’Ardèche – m’a demandé de rédiger sa biographie en novembre 2019 (Cf. Les coulisses d’un livre), j’ai proposé de nous inspirer des carnets de voyage et de confier la mise en page et la gestion des images à Céline Duchier et Myriam Voreppe (www.studiomesdames.com). J’avais apprécié leurs travaux précédents et elles ont donné forme à ce bel ouvrage.

Myriam Voreppe et Céline Duchier © studiomesdames

Motivations

Céline Duchier est graphiste et l’idée l’a tout de suite séduite. « J’étais très motivée de travailler sur un tel projet qui alliait textes, photos et mise en page. Myriam et moi allions pouvoir unir nos compétences pour concevoir un livre auquel nous étions associées dès le début. L’idée de retracer l’histoire du tourisme en Ardèche, au travers de témoignages, m’intéressait beaucoup. Mes grands-parents paternels étant ardéchois, j’avais aussi un lien affectif avec le territoire. Étant impliquées dès le démarrage du projet, nous devions concevoir l’objet dans son intégralité. Nous étions responsables de la direction artistique en quelque sorte. L’ADT nous a fait confiance pour proposer un format qui correspondait à l’idée de départ, un beau livre inspiré des carnets de voyage, à la rencontre de personnes ayant vécu les événements importants de l’histoire du tourisme en Ardèche. »

Myriam Voreppe est photographe et elle aussi a immédiatement adhéré au projet. « Le territoire est ce qui m’a séduite en premier lieu. J’étais heureuse de travailler sur les terres de mes origines familiales. Ce projet serait aussi l’occasion de découvrir davantage l’Ardèche et l’idée de travailler sur des questions liées au tourisme m’intéressait également. Cette expérience m’a permis de prendre conscience de l’impact du tourisme sur l’image que l’on peut avoir d’un territoire. Les politiques culturelles jouent en effet un rôle important dans la perception d’un département. Par ailleurs, le projet photographique me motivait particulièrement. J’avais hâte de rencontrer ces acteurs du territoire dans leur espace de vie et de travail, les écouter et réaliser leur portrait. J’ai l’habitude en reportage d’aller à la rencontre de personnes concernées par les sujets que j’étudie. J’aime discuter avec les gens avant de les photographier. Enfin, le fait de participer à l’élaboration du livre dès le début du projet, avec cette petite équipe me plaisait beaucoup. »

Concept graphique

Céline se souvient que la maquette générale a été définie dès le début du projet. « Nous nous sommes rapidement mis d’accord sur un prototype. Chaque témoin est présenté succinctement sur une double page avec son portrait photo d’un côté et le titre du thème abordé de l’autre. Ces introductions  à chaque chapitre permettent de rythmer l’ouvrage et d’offrir plusieurs niveaux de lecture. Feuilleter ces pages d’introduction apporte au lecteur une vue d’ensemble du contenu du livre. L’esprit « voyage » apparait aussi sur la carte dans la couverture, où sont indiqués géographiquement les sujets présentés. Chaque titre renvoie aux pages concernées et la carte fonctionne comme un sommaire. Autre clin d’œil, dans chaque introduction, un fil rappelle l’itinéraire pour se rendre au lieu évoqué dans le chapitre, et les coordonnées GPS sont indiquées en bas de page. Ces éléments soulignent la rencontre des témoins sur tout le territoire et évoquent l’invitation au voyage dans le temps. Pour finir, l’ouvrage présente un album des archives de l’ADT au fil du temps, pour évoquer les évolutions de l’Agence depuis les années 60. »

Confiance et fluidité

D’après Céline et Myriam, la relation de confiance établie avec l’équipe de l’ADT a contribué à la fluidité de l’ouvrage. « Le fait d’avoir travaillé en équipe dès le début a permis de concevoir un ouvrage original et harmonieux. Nous nous sommes compris très vite et c’est grâce à cette bonne entente que la mise en page a conservé sa cohérence, de l’origine à la concrétisation finale. Les ajustements se sont faits de façon fluide, dans l’écoute et la bienveillance pour équilibrer les textes et les images au sein des chapitres. La forme générale guidait la mise en page mais nous n’étions pas contraintes par un nombre de page précis. Nous avons donc choisi d’insérer quelques doubles pages photos pour apporter des moments de respiration et nous avons pu faire évoluer les choses au fur et à mesure, jusqu’à la fin. »

Céline rappelle que la crise sanitaire a freiné le projet. « Le premier confinement a ralenti les choses et nous a imposé de nouvelles façons de travailler mais nous avons réussi malgré tout à atteindre l’objectif, en ajustant les échéances au contexte. Le livre devait être livré pour l’AG en mai et finalement, nous avons pris le temps de finir sereinement et livrer à l’AG reportée en septembre 2020. »

Textes et images en harmonie

Pour Myriam, une des difficultés a été de ne pas pouvoir rencontrer certains témoins et de ne pas réaliser leur portrait photo à cause du confinement et des contraintes sanitaires. « De même, je n’ai pas pu me rendre sur certains lieux et j’ai dû travailler à partir de photos d’archives. J’aurais préféré photographier chaque témoin et m’imprégner de chaque lieu mais, heureusement, cela a été le cas pour la majorité des témoins. Pour les rares cas où cela n’a pas été possible, nous avons pu trouver des alternatives grâce à la photothèque de l’ADT. Aurélie Renaud-Goud a été une aide précieuse pour trouver les images dont nous avions besoin pour illustrer les textes (Cf. « Les coulisses d’un livre » -4-). Elle nous a permis de remédier à ces problèmes pour que le livre prenne forme. Avec Céline, nous avons fait des choix pour que l’ouvrage soit équilibré et les choses ont été en mouvement jusqu’à ce que la maquette finale nous convienne. Nous avions défini très tôt une maquette qui a balisé notre travail. Puis nous avons assemblé les sujets, les portraits des témoins et les photos à notre disposition, pour obtenir un ensemble cohérent avec le texte. Ainsi, les images fonctionnent visuellement, de façon autonome, et aussi avec les récits. »

Originalité

Une des particularités du livre est sa forme que nous décrit Céline : « Nous avons fait le choix d’un format trapu 26x20cm pour une bonne tenue en main et les 130 pages confèrent une belle épaisseur à l’ensemble. Nous avions déjà travaillé avec les Impressions Moderne, une imprimerie basée à Guilherand-Granges. Nous étions confiantes dans la qualité de leurs services. Nous avons choisi avec eux les papiers et les couleurs qui nous convenaient. L’idée était de situer l’ouvrage entre le beau livre et le magazine. La couverture souple cartonnée est un bon compromis et rappelle aussi le carnet. La couverture ne porte que le titre « Histoires de tourisme en Ardèche » et crée la surprise entre cet aplat de couleur, les dates 1959-2019, et l’intérieur qui invite à la rencontre à travers la lecture des témoignages. C’est un bel objet que nous sommes fières de montrer ! C’est très satisfaisant de contribuer à un tel projet du début à la fin. »

Pour découvrir ce livre, vous pouvez le feuilleter ci-dessous :


Et si vous souhaitez réaliser la biographie de votre entreprise, je vous invite à consulter le site www.energie-plume.fr ou à me contacter par mail : ou par téléphone : 06 64 97 94 84

1 réflexion au sujet de « « Les coulisses d’un livre » -5- »

Laisser un commentaire